Scroll to top

User centric : l’ADN de la start-up daleGig

Créer un produit pour répondre à son propre besoin, mener une carrière de musicien et être à la tête d’une start-up digitale : c’est le parcours inspirant et original de Raphael Evangelista, CEO et CPO de daleGig, plate-forme de création et de gestion de tournées musicales.

 

Pour en savoir davantage sur sa vision originale de mêler les métiers de musicien et de PO ainsi que sa vision de l’entrepreneuriat, je vous invite à retrouver son interview : Rencontre avec Raphael Evangelista

 

Musicien de carrière, voilà 16 ans que Raphael joue du violoncelle avec son groupe Duo Finlandia ou en solo, et qu’il écume les salles de concerts latino-américaines lors de ses tournées. Mais voilà qu’il se heurte à des pain points récurrents, qui font germer l’idée d’une plate-forme de gestion de tournées : la start-up daleGig est créée au Brésil en 2017.

 

Je vous invite à découvrir cette start-up qui met les utilisateurs au centre de la roadmap produit et qui mise sur une stratégie MVP avant de valider les features majeures.

Jessica Lemaire : Peux-tu nous présenter la start-up daleGig ?

Raphael Evangelista : daleGig est une plate-forme de création et de gestion de tournées musicales, depuis la recherche de salles de concerts et festivals, la planification de tournées, à l’élaboration de propositions artistiques cohérentes avec la réalité du marché musical. En parallèle, la plate-forme oriente l’artiste / le groupe dans certaines prises de décision (logistique, cachets, etc.) pour augmenter sa viabilité. D’autre part, les programmateurs inscrits sur la plate-forme reçoivent des propositions artistiques cohérentes avec leur besoin.

JL : Comment est venue l’idée de la plate-forme ? A quel ‘pain point’ répond-elle ?

RE : De mon quotidien en tant qu’artiste et producteur culturel, de ma vie lors de ces 16 dernières années de tournées et de concerts, en observant de manière détaillée le marché musical et comment il fonctionne avec ses différents acteurs. Et aussi en utilisant d’autres plates-formes, qui prétendent avoir les mêmes finalités mais qui n’ont jamais fonctionné avec mes projets musicaux ni ceux de mon entourage.

Le marché musical est composé de nombreux acteurs, dont les salles de concerts et les festivals. La plate-forme daleGig cherche à répondre à leur ‘paint point’ : donner de la visibilité sur les artistes en circulation à l’échelle nationale (Brésil) et internationale et leur permettre de programmer des concerts en réduisant les coûts de logistique (transport, hôtel, alimentation).

JL : Comment est construite la vision du produit ?

RE : A partir d’une perception de la réalité. J’aime voir la manière dont les personnes travaillent dans leur domaines respectifs. De quelle manière les programmateurs s’intéressent à un artiste nouveau ? Comment ils mènent le processus de négociation ?  Du côté de l’artiste, comment prépare-t-il sa promotion ? Etc.

 

J’ai la chance d’avoir accès à ces informations assez facilement puisque je travaille activement dans l’un et l’autre monde : j’ai déjà produit des tournées pour des artistes, j’ai déjà organisé un festival et je suis musicien. Je participe à des conférences et je suis invité aux principales conférences du marché musical au Brésil et en Amérique Latine. Je dialogue beaucoup avec les musiciens. Tout cela me permet de valider les idées et d’analyser les erreurs que commettent les acteurs du marché musical. Nous cherchons des solutions, de nouvelles voies plus efficaces pour tout le monde.

JL : J’imagine que vous travaillez beaucoup en logique MVP ?

RE : Exactement, on teste les pistes et les idées avant de les implémenter. Par exemple, nous sommes actuellement en train de mettre en place tout un tas d’automatisations sur la plate-forme (emails automatiques, follow-up des propositions artistiques, élaboration automatique de tournées, etc). Je passe énormément de temps à effectuer manuellement des processus mais cette phase “manuelle”, bien que chronophage, est très importante puisqu’elle me permet de mesurer dans la pratique comment sont exécutés ces processus et pouvoir les valider ou les corriger. De cette manière, nous ne perdons pas de temps en mettant en place un processus non fonctionnel amené à être supprimé par la suite. Nous gagnons du temps et nous mobilisons notre équipe de manière efficace. 

JL : Quelles sont tes méthodes pour recueillir le besoin des utilisateurs ? Comment fais-tu pour tester de nouvelles features ?

RE : Notre UX réalise des checkpoints afin d’obtenir des inputs régulièrement de la part des users. On a également mis en place des enquêtes de satisfaction et de suggestions qui nous ont permis d’obtenir une vision globale des besoins des users. Mais l’une des plus grandes sources d’informations reste l’observation des relations qu’entretiennent entre eux les artistes et les programmateurs lors des négociations au sein de la plate-forme et dans leur quotidien.

“Être en dialogue constant avec les acteurs du marché est la clé pour une évolution cohérente du produit, en lien en avec les besoins des users.”

Des conversations informelles aux participations aux conférences, ce sont les meilleurs moyens d’obtenir les données qui nous renforcent ou nous font analyser de nouveau notre stratégie, des observations évidentes aux plus petits détails.

Par exemple, nous avons été invités à présenter daleGig à la conférence musicale IMESUR, à Santiago du Chili durant laquelle avons discuté avec beaucoup de producteurs et d’artistes. De ces conversations, nous avons remarqué que les producteurs avaient besoin d’une meilleure visibilité des tournées en cours de création dans leur région et sur leur période d’événement. De là, nous avons créé un MVP pour répondre à ce besoin et  après analyses et discussions approfondies, nous avons observé une acceptation unanime du service. C’est maintenant l’une des fonctionnalités clés de satisfaction des programmateurs, qui a apporté énormément de valeur ajoutée à la plate-forme. 

JL : Quelle a été ta plus grande fierté et comment as-tu fais pour y arriver ?

RE : Voir des artistes sortir de leur ville d’origine pour faire des tournées au Brésil (pour beaucoup pour la première fois) et voir des témoignages spontanés complimentant daleGig sur les réseaux sociaux. Ils orientent et organisent leurs projets musicaux, montent des stratégies et mettent en place des actions en parallèle de la captation de concerts. C’est ça l’objectif de notre plate-forme et notre plus grande fierté c’est de voir que des projets se concrétisent grâce à notre plate-forme. 

Ensuite, nous avons eu la surprise d’être nominés et de recevoir des récompenses ! Fin 2019, j’ai reçu le Prix « Humans of SIM » pour ma carrière au sein du marché musical brésilien, décerné par la conférence SIM São Paulo (l’une des principales en Amérique Latine). Nous avons également été nominé par le Prix SIM São Paulo dans la catégorie « Innovation » et le Prix Brasil Criativo dans la catégorie « Recherche et Développement ». Ces deux prix récompensent les projets les plus innovants dans le marché des industries créatives au Brésil.

 

Et comment sommes-nous parvenus à cela ? En nous concentrant sur notre objectif qui est d’offrir à nos clients exactement ce dont ils ont besoin, avec la plus grande qualité possible, en leur proposant un service qui leur permette une évolution durable, qu’ils puissent en ressentir les résultats après avoir utilisé la plate-forme daleGig. Je crois que cet objectif est la boussole parfaite pour créer un produit qui fasse réellement une différence.

JL : Quels sont vos prochains défis pour l’année 2020 ?

RE : Nos yeux sont actuellement rivés vers la version 2.0 qui permettra l’internationalisation de la plate-forme, d’abord en Amérique Latine avec le lancement de « daleGig Latam » basée en Uruguay. La version 2.0 de la plate-forme consiste à s’adapter à la réalité de chaque pays et culture. C’est notre prochain grand défi et il fait partie de notre croissance planifiée depuis le début de la construction de la plate-forme daleGig.

Ce qu’il faudrait retenir

Mettre l’utilisateur au centre de son produit : vraiment ! Ça parait être une évidence, enfoncer une porte ouverte, malheureusement, combien de produits ou de start-ups sont créés en répondant à des pseudos besoins de pseudos utilisateurs ? Être en contact régulier avec ses utilisateurs et le milieu dans lequel ils se trouvent permet d’anticiper les changements, flairer ce qui fera la différence afin d’ajuster sa roadmap et d’innover.

 

Être empatique n’est pas un gros mot mais en vrai état d’esprit : l’originalité de ce parcours et que le CEO répond à un pain point qu’il a lui même connu ! Quoi de plus valorisant que de voir ses pairs soulagés par un outil digital que l’on aurait voulu soi-même connaître et utiliser ? Se mettre dans la peau de ses utilisateurs permet de créer des produits empathiques et ne pas passer à côté des besoins utilisateurs.

 

Tester et valider : lorsque l’on est une start-up de moins de 10 personnes, c’est un réflexe de base que de valider les features en MVP, passer du temps à vérifier manuellement si notre idée va fonctionner, la modifier, avant de se lancer dans de gros chantiers. Un réflexe qui permet de gagner du temps au quotidien, même sur des produits plus matures et des entreprises bien établies.

 

 

Lien vers la plate-forme daleGig à retrouver en anglais et portugais : https://www.dalegig.com/

 

Crédits Photos : Kazuo Kajihara

Author avatar
Jessica Lemaire
En naviguant sur notre site, vous acceptez les cookies 🍪